L’évolution de la courbe du coronavirus

Conseil et soins de santé

Dans les cas de pandémie en cours, l’issue finale : décès ou guérison, pour tous les malades n’est pas encore connue. Le délai entre l’apparition des symptômes et le décès varie de 2 à 8 semaines pour la COVID-19. Cela signifie que certaines personnes actuellement infectées par la COVID-19 mourront plus tard.(Mise à jour du 27/03/2020)

A propos du confinement à la Française

Le confinement des personnes expliqué par le Dr Adrien Ghenassia, spécialiste de la santé publique.

Une fois de plus vous voilà submergé par les chiffres. Et vous les mettez inévitablement en relation avec le confinement et les précautions prises.

Nous allons donc tenter un peu de faire une explication simple. Tout d’abord, revenons sur le déroulement de la maladie :

La période d’incubation

C’est-à-dire le temps entre l’infection d’un individu et l’apparition des symptômes ( = apparition des signes cliniques) : elle est de 14 jours au maximum. Pour la moitié des personnes, elle sera d’environ 7/8 jours, voire plus. La durée des symptômes : elle varie de quelques jours à 15 jours ! Pour les malades qui vont en soins intensifs, elle est parfois plus longue (une vingtaine de jours environ) !

La contagiosité du COVID-19

C’est-à-dire le temps pendant lequel vous restez contagieux pour les autres : si on soupçonne une faible contagiosité avant le début des signes, elle n’est pas inexistante, probablement dans les 3 à 4 jours précédant les symptômes. On estime que le malade est toujours contagieux environ une bonne semaine après la disparition des signes (peut-être moins pour les patients en réanimation).

L’évolution des signes de la maladie

En résumé, il y a deux phases.

Phase 1

  • Réplication active du virus, principalement dans les cellules pulmonaires.
  • C’est la phase de l’affection pseudo-grippale, qui dure de quelques jours à une semaine.
  • Le virus est alors “contrôlé” par le système immunitaire.

Phase 2

  • Autour de J8 après l’apparition des signes, chez certains patients, une phase de réponse immunitaire très intense. Trop extrême même.
  • Cette phase est appelée “tempête cytokinétique” et peut entraîner des lésions pulmonaires qui peuvent être extrêmement graves.
  • C’est cette phase qui conduit à la réanimation et finalement à la mort par insuffisance pulmonaire la plupart du temps.

Maintenant que les évolutions et les échéances sont plus claires pour vous, nous allons vous expliquer la période d’enfermement et le temps nécessaire pour constater une amélioration.

Recherche sur le vaccin du COVID-19

Recherche sur le vaccin du COVID-19

La durée du confinement

  • D0 = début du confinement. On suppose qu’il est efficace…
  • Jusqu’à D7 = nous sommes presque sûrs de ne voir aucune amélioration. C’est une période d’incubation du virus presque minimale, comme nous l’avons dit plus haut. Donc les personnes qui ont signalé leur état à J7 étaient déjà infectées avant !
  • J14 = Normalement, nous allons vraiment commencer à voir l’évolution du nombre de cas se stabiliser car c’est la période d’incubation maximale. C’est-à-dire que si nous supposons un confinement efficace, les personnes ne sont plus contaminées depuis D0 (c’est un pari sur l’efficacité du confinement dès le début, d’où l’importance pour les individus de respecter les règles). Le nombre de cas devrait se stabiliser. Mais pas le nombre de cas graves ni le nombre de décès. En effet, rappelons que les cas graves prendraient au moins 7 à 10 jours après l’apparition des indicateurs. Les patients qui vont être admis en soins intensifs ou qui vont mourir dans la semaine sont donc déjà malades à ce stade.
  • J21 (nous sommes à 3 semaines de l’accouchement) = le nombre de cas graves commence enfin à se stabiliser réellement.
  • J25 à J30 = le nombre de décès se stabilise sérieusement. Nous commençons enfin à respirer.
  • J40 = Normalement, les derniers malades ne sont plus contagieux.

En résumé, cela fait

  • D0 = Confinement commencé
  • J14 = Fin de la contamination des nouveaux cas de la maladie.
  • J30 = Fin de la guérison des situations de la maladie.
  • J40 = Fin de la contagiosité des patients guéris.

Traduit à ce jour, cela donne :

  • J0 = 15 mars
  • D14= 29 mars
  • J30 = 15 avril
  • D40= 25 avril

Les échéances ci-dessus sont plutôt établies à partir d’hypothèses de maximales et sont donc des dates “pessimistes”. Nous aurions peut-être fait mieux avant cette date. Le nombre de personnes concernées ne peut pas être suivi en France par l’absence de tests. Nous suivons donc les cas les plus graves et les décès avec une grande précision. Avant le confinement, des dispositions commençaient à être sérieusement mises en œuvre, d’ailleurs les courbes françaises sont un peu moins mauvaises que les courbes italiennes.

Nous ne sommes pas dans le doublement tous les 3 jours qui est l’évolution naturelle du virus mais dans le doute tous les 4 jours. C’est plus une augmentation de 25% par jour qu’une hausse de 33%. C’est quand même quelque chose.

On peut donc constater que le confinement de 15 jours n’a que peu la moindre utilité !

Un mois d’enfermement est déjà intéressant.

Un enfermement de 45 jours peut être le ” scénario le plus pessimiste “.

Il sera donc appliqué en fonction de l’évolution de l’épidémie.

Avec ces données, il est vraiment difficile de dire si l’enfermement doit être durci. Appliquons déjà celui qui est en vigueur !

La finalité du confinement :

Ralentir l’épidémie pour rendre la gestion des cas graves soutenable en échec en Italie, avec pour conséquence une augmentation de la mortalité.

Retourner à une configuration de clusters sous contrôle plutôt qu’à une diffusion généralisée dans le pays. Tant qu’il n’y a pas de vaccin ou que le virus n’a pas infecté suffisamment de personnes, il n’y a absolument aucun espoir d’arrêter complètement la maladie !

Gagnez du temps pour :

  1. Se doter d’équipements de protection qui permettront aux personnels soignants, au système économique et enfin à la population de travailler plus normalement.
  2. Concevoir et mettre à la disposition des populations des moyens de dépistage plus performants et plus rapides : pas forcément intéressant en cas d’épidémie généralisée mais indispensable pour revenir à des clusters sous contrôles.
  3. Trouver des traitements. Mais ça ne marche pas. Et arrêtez le débat sur la chloroquine, il faut en apprendre plus !
    Les 2 axes de remèdes.
    Les traitements antiviraux : permettant d’arrêter la réplication virale qui peut même être utilisée à titre prophylactique et les traitements permettant de contrôler la réponse immunitaire pour éviter les cas graves et les décès. Des essais cliniques de grande envergure sont en cours.
  4. Le vaccin est le Saint Graal de la recherche en cours. Nous finirons par y arriver, mais les vaccins sont par nature complexes à définir, à fabriquer et à utiliser. Les questions sont par exemple de savoir quelle cible virale atteindre, comment la présenter efficacement à la capacité de lutte contre la maladie, comment maintenir la réponse immunitaire dans le temps, comment la produire, quel régime vaccinal, quelle priorité d’administration…

J’espère pouvoir répondre à certaines de vos questions

Comme vous pouvez le voir, un confinement de 30 jours peut être la règle étant donné l’histoire naturelle de cette maladie. Un confinement de 45 jours reste une hypothèse en fonction de l’évolution.

Certains remarqueront que je ne parle pas de la dureté de cette période d’enfermement. Pourquoi ? Parce que je pense que cette question est beaucoup moins “sanitaire” que financière et sociale. Le confinement doit rester socialement et économiquement supportable pour être efficace. Les gens ne vont pas être fusillés ou entassés dans des prisons pour l’appliquer.

Merci à Adrien Ghenassia pour cette information fiable, raisonnée et raisonnable à faire circuler au lieu de la connerie ambiante et des fausses nouvelles.


Comme nous l’expliquons ci-après, il convient de garder cela à l’esprit lorsque l’on compare le nombre actuel de décès avec le nombre actuel de cas. L’épidémie du nouveau coronavirus COVID-19 a débuté À Wuhan, en Chine, le taux de mortalité dû à l’infection est peut-être été plus faible que ce que l’on pensait auparavant. Les premières études sur la létalité du COVID-19 ont estimé qu’entre 2,5 et 3,5 % des cas recensés sont morts. Mais une nouvelle étude a révélé que le taux de mortalité dans la ville était plus proches des 1,4 % une fois le nombre de personnes infectés on été recensés.

Cette nouvelle estimation est basée sur les données disponibles au 29 février. A ce moment-là, Wuhan avait enregistré 48 557 cas de COVID-19 et 2 169 décès. Les chiffres ont augmenté depuis. La Chine n’a plus signalé de nouveau cas de coronavirus excepté des cas importés de pays infectés, ce qui laisse penser que l’épidémie en Chine est désormais sous contrôle.

Coronavirus – Covid-19

Que nous disent les données sur le risque de mortalité du COVID-19 ?

Pour comprendre les risques et réagir de manière appropriée, nous voudrions également connaître le risque de mortalité de la COVID-19, la probabilité qu’une personne qui attrape la maladie en meure. En utilisant une série d’informations publiques et déjà publiées, un groupe de chercheurs a estimé que le “risque de décès symptomatique” ou la probabilité de mourir après avoir développé des symptômes de COVID-19, était de 1,5%.

Comme dans d’autres études, ils ont également constaté que le risque d’infection symptomatique augmentait avec l’âge.
Pour les adultes âgés de 30 à 60 ans, le risque d’infection symptomatique augmentait de 4 % par an. Ils ont également constaté que, par rapport aux personnes âgées de 30 à 59 ans, celles de plus de 59 ans avaient 5,1 fois plus de risques de mourir après avoir développé des symptômes. Les personnes de moins de 30 ans avaient un risque de décès 40 % plus faible après avoir développé des symptômes.

La nouvelle analyse présente certaines limites, notamment le fait de ne pas pouvoir tester et diagnostiquer toutes les personnes ayant eu la COVID-19.

Les conclusions sont basées sur une variété de sources et comportent un certain nombre de mises en garde, mais en considérant la totalité des résultats, elles indiquent néanmoins que la transmission de COVID-19 est difficile à contrôler”,. “On peut s’attendre à ce qu’au moins la moitié de la population soit infectée, même en utilisant de manière agressive les mesures de confinenements de la population. L’objectif le plus important des mesures d’atténuation serait peut-être d’aplatir la courbe d’évolution de l’épidémie, en réduisant le pic sur les services de santé et en gagnant du temps pour développer de meilleurs traitements.

 

Le nombre de morts par pays

Le taux de croissance des décès dus à la COVID-19

Parallèlement, les cas de COVID-19 augmentent rapidement dans la plupart des autres régions du monde, l’Italie faisant état de 41 035 cas et de plus de décès que la Chine. Les cas confirmés aux États-Unis ont également augmenté rapidement, avec plus de 11 000 personnes diagnostiquées au soir du 19 mars.

Mais en cas de pandémie d’une maladie infectieuse, il est important d’étudier non seulement le nombre de décès, mais aussi le taux de croissance auquel le nombre de décès augmente. En effet, même si le nombre actuel de décès est faible par rapport à d’autres maladies, un taux de croissance rapide peut rapidement conduire à des chiffres très élevés. Pour rendre compte du taux de changement, nous nous concentrons sur la question : Combien de temps a-t-il fallu pour que le nombre de décès confirmés double ?

Par exemple : si le nombre de décès confirmés à ce jour est de 10, et qu’il n’y avait que 5 décès il y a trois jours, nous dirons qu’il a fallu trois jours pour que le nombre de décès confirmés double. Il est important de comprendre ce que signifie le fait de doubler le nombre de décès. Tant que les décès doublent à un rythme constant, la croissance est exponentielle. Nous avons tendance à penser en termes de processus de croissance linéaire même lorsque la croissance est exponentielle, comme l’ont montré les recherches statistiques depuis des décennies. Nous donnons ci-dessous quelques intuitions sur la croissance exponentielle et fournissons les références de la recherche sur le sujet.

Comment les tests COVID-19 sont-ils effectués ?

Les tests les plus courants pour la COVID-19 consistent à prélever un échantillon du nez et de la gorge d’un patient et à vérifier l’empreinte génétique du virus. Ils sont appelés “tests PCR”. Les premiers tests PCR pour COVID-19 ont été mis au point très rapidement – dans les deux semaines suivant l’identification de la maladie – et ils font maintenant partie du protocole recommandé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour traiter la maladie.

Les différents symptômes du COVID-19

La période d’incubation est en moyenne de 5 jours, avec des valeurs extrêmes de 2 à 12 jours. L’apparition des symptômes se fait graduellement sur une période de plusieurs jours, alors que la grippe commence brusquement. Les premiers symptômes ne sont pas très marqués : douleurs musculaires, maux de tête, fatigue. maux de tête, souvent deux ou trois jours après les tout premiers signes de la maladie. Dans les toutes premières études chinoises décrivant la maladie, il faut compter en moyenne une semaine entre l’apparition des premiers symptômes et une hospitalisation. A ce stade de la maladie les symptômes comprennent de la fièvre, de la toux, des douleurs thoraciques et une gêne respiratoire, et un scanner du torse montre presque toujours une pneumonie affectant les deux poumons.
La gravité des symptômes cliniques exige que près de 20 % des patients restent à l’hôpital et que 5 % d’entre eux soient admis aux soins intensifs. Les formes les plus sévères sont observées principalement chez les personnes vulnérables en raison de leur âge (plus de 70 ans) ou de maladies connexes.
Des études d’observation privilégiées ainsi que des travaux de modélisation ont montré que l’infection peut être asymptomatique ou paucisymptomatique ne provoquant pas ou peu de manifestations cliniques chez 30 à 60 % des sujets infectés.

Les gestes pour se protéger du coronavirus

Restez à la maison si vous avez des symptômes de coronavirus

Restez à la maison si vous en avez une :

  • une température élevée – cela signifie que vous avez chaud au toucher sur votre poitrine ou votre dos (vous n’avez pas besoin de mesurer votre température)
  • une nouvelle toux continue – cela signifie que vous toussez beaucoup pendant plus d’une heure, ou que vous avez trois épisodes de toux ou plus en 24 heures (si vous toussez habituellement, votre toux peut être plus grave que d’habitude)
  • Pour protéger les autres, n’allez pas dans des endroits comme un cabinet médical, une pharmacie ou un hôpital. Restez à la maison.

Utilisez le service en ligne 0 800 130 00 pour savoir quoi faire.

Combien de temps rester à la maison ?

  • si vous présentez des symptômes de coronavirus, vous devrez rester chez vous pendant 7 jours
  • si vous vivez avec une personne qui présente des symptômes, vous devrez rester à la maison pendant 14 jours à compter du jour où la première personne du foyer a commencé à présenter des symptômes
  • Si vous vivez avec une personne âgée de 70 ans ou plus, souffrant d’une affection de longue durée, enceinte ou dont le système immunitaire est affaibli, essayez de lui trouver un autre endroit où rester pendant 14 jours.

Si vous devez rester à la maison ensemble, essayez de vous tenir éloignés l’un de l’autre autant que possible.

  • ne vous touchez pas les yeux, le nez ou la bouche si vos mains ne sont pas propres
  • lavez-vous souvent les mains à l’eau et au savon – faites-le pendant au moins 20 secondes
  • toujours se laver les mains en rentrant chez soi ou au travail
  • utiliser un gel désinfectant pour les mains si l’on ne dispose pas d’eau et de savon
  • se couvrir la bouche et le nez avec un mouchoir en papier ou la manche (pas les mains) lorsqu’on tousse ou éternue
  • mettre immédiatement les mouchoirs utilisés dans la poubelle et se laver les mains ensuite
  • éviter tout contact étroit avec des personnes qui présentent des symptômes de coronavirus
  • n’empruntez les transports publics que si vous n’avez pas le choix
  • travailler à domicile, si c’est possible

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *