Le sucre peut-il augmenter les risques de dépression ?

Conseil et soins de santé

Découvrez comment les boissons sucrées, les céréales raffinées et les repas riches en glucides ont un effet majeur sur l’organisme ; non seulement l’alimentation influence-t-elle l’apparence physique, mais elle joue aussi un rôle important dans le maintien en bonne santé de notre corps mais aussi de notre mental. Plus récemment, cependant, la science a montré que l’alimentation peut jouer un rôle majeur dans le bien-être mental, en particulier chez ceux qui risquent de souffrir de certains troubles mentaux.

La dépression est l’un de ces troubles qui peuvent être influencés par l’alimentation. La maladie mentale est beaucoup plus complexe qu’une simple question d’alimentation, il est important de se rappeler que l’alimentation n’est qu’une très petite partie de ce qui est souvent un problème extrêmement complexe et difficile.

Sucre, glycémie et insuline un équilibre délicat

Il est intéressant de noter que les aliments dont on sait qu’ils ont un effet néfaste sur le bien-être physique ont souvent une influence négative sur la santé mentale. Le sucre raffiné est l’un des principaux contributeurs. Au fur et à mesure que le sucre est absorbé par l’organisme, le taux de glycémie augmente et l’insuline entre en action pour réduire le taux de glycémie. Si l’équilibre est rompu, il peut en résulter des sautes d’humeur et de l’irritabilité.

De même, les aliments transformés et raffinés, consommés en grande quantité, peuvent provoquer des déséquilibres internes qui entraînent des émotions négatives. De plus, les repas-minute et les pâtisseries contiennent des gras insaturés dont les scientifiques ont démontré qu’ils augmentent le risque de troubles de l’humeur dépressifs.

Les allergies ou intolérances préexistantes à certains aliments peuvent également indiquer que les personnes atteintes courent un risque accru de souffrir de dépression. Il n’est pas rare, par exemple, que les personnes intolérantes au gluten constatent que leur humeur est affectée et qu’une dépression peut en résulter.

Nous ne savons toujours pas ce qui cause la dépression, mais certains chercheurs croient que les changements biologiques sont à l’origine de celle-ci. Certains de ces changements pourraient être influencés par le sucre et le goût sucré. Par exemple, une étude chez le rat a révélé qu’une alimentation riche en sucre et en gras peut réduire une protéine appelée BDNF qui influence la croissance et le développement des cellules nerveuses dans le cerveau. On pense que cette protéine est impliquée dans le développement de la dépression et de l’anxiété.

Une autre cause biologique possible est l’inflammation. Les régimes riches en sucre peuvent augmenter l’inflammation – une réaction protectrice de l’organisme, normalement dirigée contre les micro-organismes ou les substances étrangères. Bien que les signes courants d’inflammation, comme les rougeurs, soient loin d’être des troubles de l’humeur, les symptômes qui nous tiennent au lit avec un rhume sont beaucoup plus proches, comme le manque d’énergie et l’incapacité de se concentrer. Les recherches en cours suggèrent que les troubles de l’humeur pourraient être liés à l’inflammation, du moins dans certains cas.

 

Sucre et dépression

Votre cerveau sature de sucre

Une fois que le sucre (aussi appelé glucose) est ingéré – que ce soit sous forme de biscuits ou de dîner riche en glucides – l’insuline est libérée. Immédiatement, il commence à diriger le glucose dans votre sang. Contrairement aux cellules graisseuses, le cerveau ne peut pas stocker le glucose, donc ce sucre simple est facilement brûlé lors de l’utilisation (un processus qui s’accélère pendant les périodes de stress, comme les grandes réunions, ou même pendant les tâches de concentration, aime écrire cet article).

Étant donné que les cellules de votre cerveau ont besoin de deux fois plus d’énergie que les autres cellules de votre corps, il n’est donc pas surprenant que votre tête soit extrêmement sensible aux variations du taux de glycémie.

Votre corps libère également des endorphines telles que la dopamine et la sérotonine pour accompagner cette ruée vers le sucre, c’est pourquoi, au début, vous vous sentirez plus heureux, et peut-être même plus calme. Cependant, ces sites récepteurs ralentissent la production pour réguler les mêmes endorphines qui vous ont fait vous sentir si bien, causant une crise d’humeur et même la dépression – et ainsi le cycle commence et nous consommons plus de sucres.

La somnolence juste après un repas riche en sucre est un symptôme classique d’une diminution de la sensibilité à l’insuline (qui, en bout de ligne, mène au diabète), ainsi qu’une baisse d’humeur et d’énergie. Je trouve que la plupart des patients de mon cabinet qui ont un taux élevé d’insuline ont un faible taux de sérotonine – l’hormone  » heureuse  » qui contrôle notre humeur, nos habitudes de sommeil, notre estime de soi, notre capacité à prendre des décisions et nos envies de fumer.

L’alcool entraîne un comportement dépressif

De tous les facteurs alimentaires qui contribuent à la dépression, cependant, l’alcool est probablement le plus connu. Beaucoup de gens se tournent vers l’alcool pour échapper aux pressions que la vie leur impose, mais après l’euphorie initiale, une consommation supplémentaire entraîne un comportement dépressif. Cette situation est exacerbée par une mauvaise qualité de sommeil et des niveaux accrus d’anxiété, ce qui entraîne un cycle inéluctable puisqu’ils consomment plus d’alcool pour oublier leur anxiété. Cela se traduit rapidement par une dépression et une dépendance à l’alcool qui est difficile à briser.

D’autres trouvent qu’ils ont besoin d’un stimulant pour passer la journée. Il ne s’agit pas nécessairement de drogues, qui peuvent facilement conduire à la dépendance et à la dépression, mais aussi de boissons largement acceptables comme le thé et le café qui contiennent le stimulant caféine. Une consommation élevée de ces boissons peut, comme l’alcool, affecter les habitudes de sommeil et entraîner des sautes d’humeur.

Les personnes souffrant de dépression ont besoin d’aide médicale, mais il est clair qu’un régime alimentaire approprié peut aider à réduire les risques de succomber à la dépression et peut éliminer certains des facteurs qui y contribuent. Une alimentation saine mène non seulement à un corps sain, mais aussi à un esprit sain.

Des études récentes sur le la relation sucre & dépression

14% des humains souffrent d’un trouble mental commun, tel qu’un trouble de l’humeur ou d’anxiété.

Y a-t-il un lien entre une consommation élevée de sucre et les troubles mentaux courants ?

Des recherches antérieures, publiées en 2002, ont examiné le lien entre la dépression et la consommation de sucre dans six pays. Des chercheurs ont constaté que des taux plus élevés de consommation de sucre raffiné étaient associés à des taux plus élevés de dépression.

Depuis, plusieurs d’études ont étudié le lien entre la consommation de sucre ajouté et la dépression qui s’ensuit. En 2011, des chercheurs ont constaté que lorsqu’ils ont regroupé les participants en fonction de leur consommation d’aliments cuits, ceux qui consommaient le plus d’aliments cuits avaient 38 % plus de risques de souffrir de dépression que ceux du groupe ayant la plus grande consommation d’aliments crus. L’association est demeurée même après avoir tenu compte de la conscience de la santé et de la situation d’emploi.

En 2014, des chercheurs ont étudié l’association entre les boissons sucrées dans un grand groupe américain. Ils ont découvert que les boissons sucrées et artificiellement sucrées (boissons diététiques) pouvaient augmenter le risque de dépression chez une personne. Et, plus récemment, une étude menée en 2015 auprès de près de 70 000 femmes a révélé que les risques de dépression étaient plus élevés chez les personnes ayant un apport élevé en sucre ajouté, mais pas chez celles ayant un apport élevé en sucres naturels, comme ceux des fruits.

La dopamine est un autre coupable possible. Une étude utilisant des rats a suggérée que les aliments sucrés pourraient créer une dépendance aussi grande que la cocaïne. Cela pourrait être dû à des effets sur la dopamine, un produit chimique du cerveau impliqué dans le système de récompense. On pense aussi que la dopamine influence l’humeur. Et la dépendance est elle-même associée à un risque plus élevé de développer un trouble de l’humeur.

Si vous trouvez votre humeur aussi prévisible que le temps qu’il fait, je vous recommande de suivre une cure de désintoxication au sucre. Lisez cet article pour obtenir quatre conseils qui vous aideront à cesser de consommer du sucre et d’autres recommandations sur la façon d’enrayer ces envies pour mieux réussir.

Avez-vous déjà pensé à faire une cure de désintoxication au sucre ? Si vous avez une question ou si vous avez déjà réussi à passer ce cap, n’hésitez pas à nous laisser un message dans les commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *