Mon régime alimentaire peut-il me rendre plus sensible à la dépression ?

Conseil et soins de santé

On sait depuis longtemps que la nourriture et les boissons ont un effet majeur sur l’organisme ; non seulement le régime alimentaire influence l’apparence physique, mais il joue également un rôle important dans le maintien d’une bonne santé. Plus récemment, la science a montré que l’alimentation peut jouer un rôle majeur dans le bien-être mental, en particulier chez les personnes qui risquent de souffrir de certains troubles mentaux. Notre humeur peut être facilement altérée par notre alimentation. Pourquoi ? Chez les adultes, le cerveau réagit principalement aux déficits, et non aux surplus, de l’alimentation.

La dépression influencés par l’alimentation ?

La dépression est l’un de ces troubles qui peuvent être influencés par l’alimentation. Bien entendu, les maladies mentales sont bien plus complexes qu’une simple question de régime alimentaire et, bien que cet article se concentre uniquement sur les effets du régime alimentaire, il est important de se rappeler que le régime alimentaire n’est qu’une très petite partie de ce qui est souvent un problème extrêmement compliqué et difficile. Ce que nous mangeons a de l’importance pour tous les aspects de notre santé, mais aussi pour notre santé mentale. Plusieurs analyses récentes portant sur plusieurs études soutiennent qu’il existe un lien entre ce que l’on mange et notre risque de dépression, en particulier.

Sucre et dépression

Le sucre raffiné

Il est intéressant de noter que les aliments dont on sait qu’ils ont un effet néfaste sur le bien-être physique ont également une influence néfaste sur la santé mentale. Le sucre raffiné est un facteur important à cet égard. Lorsque le sucre est absorbé par l’organisme, le taux de sucre dans le sang augmente et l’insuline intervient pour réduire le taux de glucose dans le sang. Si l’équilibre est mauvais, il peut en résulter des sautes d’humeur et de l’irritabilité. Il s’avère que céder à sa tentation de sucreries ne met pas seulement en danger ses dents et sa ligne, mais peut aussi avoir un impact négatif sur sa santé mentale.

Les mauvaises graisses

De même, les aliments transformés et raffinés, pris en grande quantité, peuvent provoquer des déséquilibres internes qui conduisent à des émotions négatives. De plus, les fast-foods et les pâtisseries contiennent des graisses trans (graisses insaturées), les scientifiques ont montré qu’elles augmentent le risque de troubles dépressifs et de l’humeur.

Les conserves

Aussi pratiques que soient les conserves pour préparer les repas, il est temps de les rayer de votre liste de courses. Le bisphénol A (BPA) est utilisé dans l’enrobage et est particulièrement présent dans les soupes et les pâtes en conserve. En plus de ses facultés de perturbateur hormonal, le BPA a également été associé à la dépression.

Alimentation et dépression

Un régime alimentaire idéal

Un régime alimentaire caractérisé par une forte consommation de fruits, de légumes, de céréales complètes, de poisson, d’huile d’olive, de produits laitiers à faible teneur en matières grasses et d’antioxydants et une faible consommation d’aliments d’origine animale est apparemment associé à une diminution du risque de dépression.

Le régime à éviter

Un régime alimentaire caractérisé par une forte consommation de viande rouge et/ou transformée, de céréales raffinées, de sucreries, de produits laitiers riches en matières grasses, de beurre, de pommes de terre et de jus de viande riches en matières grasses, et une faible consommation de fruits et de légumes est associé à un risque accru de dépression.

Les acides gras essentiels et les vitamines

Nous savons que des nutriments tels que le magnésium, les acides gras essentiels et les vitamines B6 et B12 aident à créer des neurotransmetteurs, et nous savons également qu’une carence en ces nutriments peut entraîner un déséquilibre chimique dans le cerveau. Les neurotransmetteurs sont des substances chimiques présentes dans le cerveau qui transmettent des signaux entre les cellules nerveuses. Lorsque ces transmetteurs deviennent trop faibles, il peut en résulter une dépression.

Alcool et dépression

Allergènes, alcool et les stimulants

Des allergies ou intolérances préexistantes à certains aliments peuvent également être un indicateur que les personnes concernées courent un risque accru de souffrir de dépression. Il n’est pas rare, par exemple, que les personnes souffrant d’une intolérance au gluten constatent que leur humeur est affectée et qu’une dépression peut en résulter.

De tous les facteurs alimentaires qui contribuent à la dépression, l’alcool est probablement le plus connu. De nombreuses personnes se tournent vers l’alcool pour échapper aux pressions que la vie leur impose, mais après l’euphorie initiale, une nouvelle consommation conduit à un comportement dépressif. Ce phénomène est exacerbé par la mauvaise qualité du sommeil et l’augmentation des niveaux d’anxiété, ce qui crée un cycle inéluctable, car les gens consomment davantage d’alcool pour oublier leur anxiété. Cela se traduit rapidement par une dépression et une dépendance à l’alcool difficile à rompre.

D’autres trouvent qu’ils ont besoin d’un stimulant pour passer la journée. Il ne s’agit pas nécessairement de drogues, qui peuvent facilement entraîner une dépendance et une dépression, mais aussi de boissons largement acceptées comme le thé et le café qui contiennent de la caféine, un stimulant. Une consommation importante de ces boissons peut, comme l’alcool, affecter les habitudes de sommeil et entraîner des sautes d’humeur.

Pour résumer

Les personnes souffrant de dépression ont besoin d’une aide médicale, mais il est évident qu’un régime alimentaire approprié peut contribuer à réduire les risques de succomber à la dépression et à éliminer certains des facteurs qui y contribuent. Il est clair qu’une alimentation saine ne conduit pas seulement à un corps sain, mais aussi à un esprit sain.
Il faut manger des végétaux, et beaucoup d’entre eux, y compris des fruits et des légumes, des céréales complètes (sous forme non transformée, idéalement), des graines et des noix, avec quelques protéines maigres comme le poisson et le yaourt. Évitez les aliments contenant des sucres ou des farines ajoutés (comme le pain, les produits de boulangerie, les céréales et les pâtes) et réduisez au minimum les graisses animales, les viandes transformées (par exemple, le bacon) et le beurre.

Alimentation et dépression

Assurez-vous que votre régime alimentaire comprend des aliments riches en acides gras oméga-3, comme les poissons. « Chez les volontaires en bonne santé, les faibles concentrations plasmatiques de cet acide gras présent dans le poisson laissent présager de faibles concentrations d’un marqueur du renouvellement de la sérotonine dans le cerveau. Avec des repas équilibrés pour prévenir l’hypoglycémie, vous pouvez vous protéger contre la dépression, l’anxiété et les troubles de l’humeur.
Ne sautez pas de repas. Quand vous avez faim ou que vous sautez des repas, vous diminuez votre taux de sucre dans le sang et le risque de succomber à des en-cas qui ne sont pas recommandé pour santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *